Habitat inhabitable

L’habitat est communément défini par des valeurs de confort et de vivre ensemble : des qualités spatiales répondant aux besoins humains vitaux, mais aussi par un équilibre entre vie privée et vie collective. Les valeurs attribuées au chez-soi sont le repos, le confort, la mise en retrait, l’intimité et la protection tandis que les valeurs attribuées au collectif sont le vivre-ensemble, le partage, l’échanges de service, la communauté, l’intégration et la sociabilité. Promues dans l’enseignement et la discipline architecturale, ces valeurs ne sont pas forcément acquises dans l’exercice de la pratique. S’adressant à un public de futurs producteurs d’espace (urbanistes, architectes) mais aussi des artistes et étudiant en sciences sociales, l’objectif de la summer school est d’explorer de manière critique ce qu’est l'”inhabitable”.  Comment la rationalisation et la sécurité s’intègrent-elles dans la définition et la production (sociale) de l’espace ? Est-il possible de comprendre l’inhabitable en termes de limites éthiques (la décence) ou physiques (ce qui est supportable) ? La summer school se compose d’un panel d’interventions permettant d’aborder les questions politiques inhérentes à l’habitat inhabitable : informalité, vulnérabilité, sens du commun. À partir de contextes et de sujets de différentes parties du monde, et à travers une figure plus proche qui est celle du bunker, nous explorerons collectivement la question de l'”habitabilité” dans ses formes non-institutionnalisées autant qu’institutionnalisées.